FR

Vivre au quotidien avec le syndrome du côlon irritable

Le syndrome du côlon irritable vous a été diagnostiqué et vous vous demandez comment vous pouvez améliorer votre quotidien ! Ce trouble fonctionnel intestinal est plus justement nommé : syndrome de l’intestin irritable (SII) ou colopathie fonctionnelle. Pour vivre au quotidien avec le SII, il est important d’être à l’écoute de son corps, de savoir gérer les moments de stress intense et de reconnaître les aliments qui sont propices à l’apparition de troubles digestifs. Cette affection est bénigne mais elle peut être très douloureuse et donc perturber le quotidien et réduire la qualité de vie des personnes touchées. 

Le syndrome du côlon irritable : qu’est-ce que c’est ?

Le syndrome du côlon irritable se manifeste typiquement par des douleurs abdominales et d’autres troubles digestifs tels que la diarrhée, la constipation ou les ballonnements. Les causes exactes du syndrome du côlon irritable ne sont pas clairement définies et différents facteurs pourraient être en cause. De plus, ces causes pourraient varier d’une personne à l’autre tout comme les symptômes et leur intensité. C’est pourquoi certaines personnes ne ressentent pas ou peu de gêne ou de difficultés dans leurs activités quotidiennes (travail, famille, sexualité, loisirs), contrairement à celles qui souffrent de formes sévères. Dans ce cas, leur qualité de vie se voit alors fortement réduite, particulièrement pendant les crises. En effet, les symptômes apparaissent lors de poussées et disparaissent pendant les périodes de rémission

Ce syndrome est deux fois plus fréquent chez les femmes que chez les hommes. Le stress est souvent mentionné par les personnes souffrant d’un SII. 

Le syndrome du côlon irritable

Syndrome du côlon irritable : l'interaction entre le cerveau et l'appareil digestif

Depuis plusieurs années déjà, les chercheurs s’intéressent à l’axe intestin-cerveau. Ces deux organes s’échangent des informations en permanence via notamment le système nerveux qui est considéré comme l’élément central de cette communication bidirectionnelle. Un aspect intéressant à souligner ici : l’intestin est capable de se contrôler et à la différence des muscles des cuisses par exemple, il n’a pas forcément besoin du cerveau pour se mettre en mouvement ! 

Le cerveau a tout de même une influence considérable sur notre appareil digestif, par exemple lors de situations stressantes. Nous avons toutes et tous plus ou moins connu un tel scénario : avant un examen, une compétition, un rendez-vous important, on sent que notre intestin est perturbé ou que notre estomac est noué. Parfois, un inconfort digestif peut même nous conduire aux toilettes de toute urgence ! C’est une réaction normale, une sorte de réflexe primitif du corps qui se prépare à une situation angoissante en se débarrassant d’un poids inutile. Il y a fort longtemps, notre organisme se préparait à fuir ou à combattre, les réactions ont évolué car nous n’affrontons plus si souvent des animaux sauvages ou un ennemi mais les mécanismes qui se produisent dans l’organisme restent similaires. 

Ce n’est qu’un exemple pour illustrer l’influence du cerveau sur notre appareil digestif, puisque l‘axe intestin-cerveau est un système complexe. Un lien entre l’intestin et la dépression ou d’autres maladies psychiques a déjà été démontré. Par ailleurs, plus de 20 hormones sont produites dans l’intestin parmi lesquelles on trouve la sérotonine. Il s’agit d’un neurotransmetteur qui intervient dans la régulation de l’humeur, elle est connue sous le nom « d’hormone du bonheur » puisqu’elle influence les émotions. 95 % de la sérotonine est produite dans l’intestin (et seulement 5 % dans le cerveau), où elle constitue l’un des principaux messagers du système nerveux entérique (notre « deuxième cerveau »), participant par exemple à la motilité intestinale

Les méthodes utiles en cas de syndrome du côlon irritable

Après le diagnostic du syndrome du côlon irritable, les personnes concernées se demandent souvent ce qu’elles peuvent faire pour lutter contre les symptômes. Il n’existe pas encore de traitement spécifique pour guérir ce trouble fonctionnel mais différentes méthodes permettent de lutter contre les symptômes ou du moins de les atténuer.

  • Tenir un journal alimentaire pour identifier les aliments qui contribuent à déclencher les symptômes.
  • Modifier son alimentation en fonction des informations recueillies grâce au journal.
  • Bénéficier d’un soutien psychologique professionnel
  • Faire des exercices de relaxation ou de la thérapie par le mouvement
  • Prendre des médicaments / des probiotiques

Conseils concernant l'alimentation

Les personnes atteintes du syndrome du côlon irritable sont particulièrement sensibles à certains aliments et ceux-ci varient d’un individu à l’autre. Elles doivent veiller à leur alimentation pour atténuer les symptômes ou les rendre plus supportables. Il est important de consommer des fibres alimentaires mais sans excès. Les sucres tels que le fructose et le sorbitol, ainsi que le café ou l’alcool, devraient être évités car ils peuvent déclencher ou aggraver les symptômes du SII. 

Par ailleurs les personnes concernées par ce syndrome peuvent présenter une sensibilité intestinale plus importante, c’est la raison pour laquelle elles vont ressentir plus fortement les processus digestifs pourtant normaux. Cette hypersensibilité pourrait apparaître ou se renforcer lors de périodes de stress ou de fortes émotions. Dans ce cas, les repas copieux sont à éviter, il est préférable de manger lentement, de bien mâcher et de ne pas sauter de repas. 

Le régime pauvre en FODMAP

Certaines personnes touchées choisissent de suivre un régime pauvre en FODMAP. Ce type de régime consiste à renoncer aux édulcorants de synthèse, comme le sorbitol ou certains sucres « fermentescibles » tels que les oligosaccharides, disaccharides et monosaccharides ou les polyols. Ces composés sont difficiles à digérer et principalement fermentés par les bactéries du gros intestin, provoquant parfois des douleurs abdominales, des ballonnements ou des gaz. Ils peuvent aussi être à l’origine d’une diarrhée. C’est un régime alimentaire assez restrictif pouvant compliquer la prise des repas à l’extérieur. Le suivi par un professionnel de santé est également important dans le cadre de ce régime. 

Les principaux aliments contenant des FODMAP :

  • de nombreux fruits, le miel, le sirop d’agave car ils contiennent une teneur élevée en fructose,
  • les produits laitiers en raison du lactose,
  • les légumineuses, les fruits séchés, le blé, le seigle, l’ail et les oignons à cause de la présence de fructanes ou de galactanes,
  • les alcools de sucre (les polyols) que l’on trouve dans certains fruits et légumes.

 

Pour commencer, il serait intéressant de minimiser les produits contenant du fructose, du lactose et du sorbitol. Il est important de repérer les FODMAP qui provoquent des troubles car il n’est pas nécessaire de tous les éliminer.

La psychothérapie dans le traitement du syndrome du côlon irritable ?

Les thérapies psychologiques dans le traitement du syndrome du côlon irritable

Nous savons désormais que le stress affecte l’estomac et l’intestin, une autre preuve du lien étroit entre notre cerveau et le système gastro-intestinal. Pour les personnes dont les poussées sont liées au stress, il serait important d’apprendre à mieux gérer les situations stressantes grâce à des séances de psychothérapie ou des exercices de relaxation par exemple. Le syndrome de l’intestin irritable est un trouble fonctionnel, c’est-à-dire que les organes digestifs sont sains et cette affection n’a donc pas d’explication organique.  

Différentes thérapies se combinent particulièrement bien à un traitement en cas de syndrome de côlon irritable, telles que :

  • La thérapie cognitivo-comportementale ou TCC est une approche visant à remplacer les pensées négatives et certaines habitudes inadaptées par des idées et des réactions plus adaptées à sa situation. Le patient est encouragé à reconnaître les émotions, les croyances et les sensations qui le perturbent ou l’affectent pour construire de nouveaux comportements.
 
  • Le biofeedback ou rétroaction biologique est un ensemble de techniques permettant aux patients d’apprendre à contrôler des processus physiologiques, qui provoquent des douleurs ou un inconfort. Cette thérapie s’appuie sur les liens entre l’esprit et le corps.
 
  • L’hypnose digestive ou l’hypnothérapie se concentre sur l’appareil digestif afin d’apprendre à apaiser la fonction intestinale pour améliorer les symptômes tels que les ballonnements, les douleurs abdominales et les troubles du transit.

Les probiotiques en cas de syndrome du côlon irritable

Il existe un certain nombre de médicaments qui sont utilisés en cas de syndrome du côlon irritable. Cependant, ils n’agissent que sur les symptômes et ne peuvent pas guérir les personnes souffrant de ce trouble. La prise de probiotiques spécifiques constitue une alternative naturelle pour soutenir l’intestin ainsi que le microbiote et ils peuvent être pris en complément d’un traitement.

Les probiotiques contiennent une combinaison de souches bactériennes spécialement sélectionnées qui ont des effets positifs sur le microbiote intestinal et donc sur l’intestin. Les bactéries intestinales remplissent des fonctions essentielles pour le bon fonctionnement des processus de digestion et jouent aussi un rôle dans notre bien-être. Un microbiote intestinal déséquilibré pouvant être l’origine de troubles digestifs a souvent été observé chez les personnes souffrant du syndrome de l’intestin irritable. Une dysbiose provoque éventuellement aussi une modification de la perméabilité intestinale et davantage de germes étrangers ou de substances nocives franchissent la paroi intestinale au lieu d’être éliminés. L’apport de bactéries probiotiques permet de soutenir la flore intestinale et d’avoir également une influence positive sur de nombreux processus métaboliques.

Les probiotiques en cas de syndrome du côlon irritable

Sommaire

OMNi-BiOTiC®
Probiotiques - Pour le bien-être intestinal
OMNi-BiOTiC® 10 AAD
OMNi-BiOTiC® 10 AAD
dès 17,50€
découvrir
OMNi-BiOTiC® 6
OMNi-BiOTiC® 6
dès 44,50€
découvrir
OMNi-BiOTiC® Actif
OMNi-BiOTiC® Actif
dès 44,50€
découvrir
OMNi-BiOTiC® CAT & DOG
OMNi-BiOTiC® CAT & DOG
dès 32,50€
découvrir
OMNi-BiOTiC® COLONIZE
OMNi-BiOTiC® COLONIZE
dès 43,00€
découvrir
OMNi-BiOTiC® FLORA plus+
OMNi-BiOTiC® FLORA plus+
dès 20,95€
découvrir
OMNi-BiOTiC® HETOX
OMNi-BiOTiC® HETOX
dès 82,95€
découvrir
OMNi-BiOTiC® metabolic
OMNi-BiOTiC® metabolic
dès 44,50€
découvrir
OMNi-BiOTiC® METAtox
OMNi-BiOTiC® METAtox
dès 44,50€
découvrir
OMNi-BiOTiC® PANDA
OMNi-BiOTiC® PANDA
dès 41,50€
découvrir
OMNi-BiOTiC® POWER
OMNi-BiOTiC® POWER
dès 44,50€
découvrir
OMNi-BiOTiC® Pro-Vi 5
OMNi-BiOTiC® Pro-Vi 5
dès 20,95€
découvrir
OMNi-BiOTiC® STRESS Repair
OMNi-BiOTiC® STRESS Repair
dès 10,95€
découvrir
OMNi-BiOTiC® VOYAGE
OMNi-BiOTiC® VOYAGE
dès 44,50€
découvrir