FR

Taux de cholestérol : des conseils pour le maîtriser naturellement

Le cholestérol est une substance lipidique dont on parle souvent. On le retrouve dans le sang et le taux de cholestérol est mesuré lors d’une prise de sang. La plupart des personnes connaissent l’existence d’un « bon cholestérol » et d’un autre considéré comme « mauvais » ainsi que sa réputation plutôt défavorable car il est impliqué comme facteur de risque dans les maladies cardio-vasculaires. Ces représentations limitent cependant les connaissances sur ce composant qui est essentiel aux processus métaboliques.

En interviewant Michaela Döll, spécialiste en médecine nutritionnelle et auteure de livres, un contributeur de la revue spécialisée « Bauchgefühl » démêle le vrai du faux concernant le cholestérol et recueille de précieux conseils pour maîtriser naturellement son taux de cholestérol.

Interview avec la professeure Döll

Le cholestérol : retour sur une substance mal-aimée et pourtant importante

Bauchgefühl – Chère Professeure, vous êtes engagée depuis plus de 20 ans en tant que spécialiste en médecine nutritionnelle et vous avez publié de nombreux ouvrages dans les domaines de la médecine holistique et de la prévention.

Vous vous intéressez également de près au cholestérol, dont on parle beaucoup mais essentiellement de manière négative, alors que cette substance est d’une grande importance pour le métabolisme. Pouvez-vous nous expliquer ce qu’est réellement le cholestérol et pourquoi notre corps en a besoin ?

Prof. Döll – Le cholestérol n’est pas fondamentalement nocif, c’est une substance naturelle très importante. Le cholestérol est considéré comme faisant partie des lipides, mais d’un point de vue purement chimique, la molécule de cholestérol comporte un noyau qui porte une fonction alcool (OH).  

Le cholestérol est produit dans le corps, principalement par le foie et cette production propre est indispensable car cette substance remplit de nombreuses fonctions physiologiques importantes. D’une part, c’est un composant essentiel de nos membranes cellulaires. Ces dernières accomplissent plusieurs tâches clés, comme le transport de substances (nutritives) d’une cellule à l’autre ou l’échange d’informations entre les cellules.

D’autre part, environ 50 millions de cellules sont renouvelées chaque seconde dans le corps, le cholestérol est à ce titre nécessaire car il intervient comme matériau de construction. Cette substance est aussi importante pour les fonctions du cerveau et des nerfs. Elle joue entre autres un rôle dans la formation des synapses (c’est-à-dire la zone située entre deux neurones permettant la transmission des informations) et influence les processus liés au métabolisme cérébral.

Par ailleurs, le cholestérol est une substance de base pour toute une série d’hormones. Par exemple, le corps ne peut pas produire d’hormones sexuelles sans disposer de cholestérol comme précurseur. Les hormones sexuelles comprennent l’œstrogène et la progestérone chez la femme et les androgènes chez l’homme. Le cholestérol est en outre responsable de la mise à disposition d’hormones de stress comme le cortisol et il est aussi utile comme substance de base de la vitamine D. La « vitamine du soleil » est produite dans les couches supérieures de la peau à l’aide de la lumière UV et elle participe entre autres au fonctionnement normal des os, des muscles et du système immunitaire. Le cholestérol est également essentiel au bon fonctionnement de la digestion, car il est transformé en acides biliaires dans le foie et ceux-ci sont à leur tour indispensables à la digestion des lipides. Le cholestérol intervient donc de nombreux domaines et il est bien plus important pour le corps que sa réputation ne le laisse supposer.

L'excès de cholestérol

Bauchgefühl – Malgré l’importance du cholestérol pour notre organisme, de nombreuses personnes connaissent dans leur entourage quelqu’un qui prend des médicaments contre l’excès de cholestérol, que ce soit des hypocholestérolémiants comme les statines ou des médicaments à base de plantes.

Quelles sont les raisons pour que tant de personnes voient leur taux de cholestérol augmenter? Un taux de cholestérol élevé est-il automatiquement dangereux ?

Prof. Döll – Tout d’abord, il faut savoir que les valeurs limites du cholestérol ont été constamment revues à la baisse au cours des dernières décennies, tant pour ce qu’on appelle le « mauvais » cholestérol (LDL) que pour le cholestérol total (HDL + LDL + les triglycérides). Du point de vue de la médecine conventionnelle, cela contribue à ce que de plus en plus de personnes aient un taux de cholestérol élevé et que des médicaments soient prescrits en conséquence.

Il est important de ne jamais considérer le taux de cholestérol de manière isolée, mais toujours en relation avec d’autres facteurs de risque cardiovasculaire. Souffrez-vous d’hypertension ? Avez-vous une surcharge pondérale ? Fumez-vous ? Buvez-vous régulièrement de l’alcool ? Avez-vous un taux d’homocystéine élevé ? (Remarque : si la présence d’homocystéine (un acide aminé) est élevée, le risque de calcification des artères augmente, à savoir l’athérosclérose). Tous ces facteurs de risque doivent être considérés ensemble afin de décider si la mise en place d’un traitement contre l’excès de cholestérol est nécessaire.

Le syndrome métabolique présente une combinaison de plusieurs facteurs liés au risque cardiovasculaire, tels qu’une surcharge pondérale, une hypertension, des troubles du métabolisme et un taux de cholestérol élevé. On estime que 20 % de la population en Occident souffrent de ce trouble.

Maîtriser le cholestérol de manière naturelle

Maîtriser le cholestérol de manière naturelle

Bauchgefühl – Vous attachez une grande importance à soutenir vos patients autant que possible à l’aide de la médecine nutritionnelle ? Dans votre livre « Cholesterin natürlich im Griff », vous indiquez les différents aliments avec l’aide desquels on peut remettre son taux de cholestérol sur les rails. Quels sont les aliments que vous recommandez et pourquoi sont-ils, selon vous, si précieux ?

Prof. Döll – Le riz rouge fermenté (ou levure rouge de riz) est un aliment particulièrement intéressant et utile dans ce cas. Une explication s’impose : le riz rouge fermenté n’a rien à voir avec les grains de riz colorés en rouge que l’on trouve dans certains magasins. En réalité, des micro-organismes sont ajoutés au riz pour le faire fermenter. C’est ce processus naturel qui produit cette couleur rouge et, plus important encore, des substances appelées « monacolines ». Ces dernières ont des propriétés hypocholestérolémiantes. Par exemple, le mécanisme d’action de la monacoline K peut inhiber la synthèse du cholestérol dans le foie, elle agit pareillement aux statines. Toutefois, cette substance naturelle est souvent mieux tolérée que des médicaments hypocholestérolémiants. 

Il existe également des études très intéressantes sur les champignons vitaux (Remarque : ils sont particulièrement appréciés dans la médecine traditionnelle chinoise). Ces champignons sont capables d’agir sur le métabolisme des lipides. Les plus utilisés sont notamment le Shiitake (Lentinula Edodes), le Coriolus versicolor et le Cordyceps (Cordyceps sinensis).

Le savoureux champignon shiitake est connu dans la cuisine asiatique, mais de nombreux autres champignons vitaux ne sont pas adaptés à la consommation, c’est pour cela qu’ils ne peuvent être pris que sous forme de poudre ou de gélules. En médecine intégrative, on ne mise cependant généralement pas sur un seul champignon ou ses substances actives, mais on utilise plusieurs mécanismes de médecine complémentaire qui, ensemble, représentent un avantage pour le patient.

Maîtriser le cholestérol de manière naturelle

Bauchgefühl – On connaît les bienfaits de l’artichaut sur le foie depuis longtemps et que les plantes contenant des substances amères favorisent la digestion ? Pourquoi ces plantes sont si particulières ? 

Prof. Döll – Dès l’Antiquité, les Grecs et les Romains appréciaient l’artichaut et l’utilisaient en cas de troubles digestifs. Il contient certaines substances végétales secondaires qui sont favorables à la digestion des graisses car elles soutiennent le foie à transformer le cholestérol en acides biliaires, permettant ainsi une diminution du cholestérol LDL et du cholestérol total. On attribue généralement à cette plante un effet régénérateur.

Les aliments contenant des substances amères, et par conséquent au goût amer, favorisent également la digestion des lipides. Concernant ces plantes, on peut citer : l’endive, le pissenlit, le radicchio, la roquette, le pamplemousse, etc.

La raison d'une supplémentation en coenzyme Q 10

Bauchgefühl – Lorsque l’utilisation de statines pour faire baisser le taux de cholestérol ne peut être évitée, il est souvent recommandé de prendre également de la coenzyme Q10. Quelle en est la raison ?

Prof. Döll – La coenzyme Q10 (coQ10 ou ubiquinone) est une substance indispensable à la production d’énergie dans les cellules. Ce sont surtout les organes qui ont besoin d’énergie, comme le cerveau et le cœur, ou les muscles en général. 

Or, l’utilisation de statines peut provoquer un problème dans la production endogène de coenzyme Q10. Le cholestérol et la coenzyme Q10 sont tous deux produits dans l’organisme à partir d’un précurseur commun (remarque : l’acide mévalonique). Les statines interviennent dans ce processus métabolique et bloquent la formation de cholestérol, mais également la production de coenzyme Q10. Les médicaments comme les statines doivent être donc utilisés après une évaluation du rapport bénéfice/risque.

Lien entre le microbiote intestinal et le cholestérol

Bauchgefühl – Le microbiote intestinal est un élément clé du bien-être et permet d’agir sur le taux de cholestérol. Quel est le lien entre la flore intestinale et le cholestérol ? Comment peut-on faire du bien à ses bactéries intestinales et par ce biais, influencer sur sa propre santé ?

Prof. Döll – Le microbiote intestinal joue un rôle important dans l’un des plus grands facteurs de risque de maladies cardiovasculaire, à savoir l’obésité. Certaines bactéries participent à la décomposition et à l’assimilation des fibres alimentaires alors que celles-ci ne devraient pas être digérées par l’intestin et rester « intactes ». Ce processus contribue à l’augmentation du poids du corps et cela peut représenter un à deux kilos par an et cela seulement dû à une mauvaise colonisation de l’intestin. Grâce à une alimentation ciblée et des fibres alimentaires spécifiques, il est possible de rétablir un équilibre bactérien sain. 

Des études montrent également que les probiotiques contenant une combinaison de bactéries spécialement sélectionnées peuvent avoir un effet bénéfique sur différents paramètres cardiovasculaires, ce qui est particulièrement essentiel pour les patients présentant plusieurs facteurs de risque. Le taux de glycémie peut être ainsi amélioré après une certaine durée d’utilisation ainsi que le taux de lipides dans le sang, en faveur du cholestérol HDL (considéré comme le « bon cholestérol »).

D’autres valeurs, par exemple les triglycérides, le tour de taille et le poids, peuvent également être influencées positivement. Concernant ces aspects, on prend conscience de l’importance de nos bactéries intestinales. De récentes découvertes ont montré qu’il est possible de prévenir certaines maladies et de réduire le risque de développer des maladies cardio-vasculaires en veillant à une alimentation équilibrée et favorable à l’intestin et à son microbiote.

Lien entre le microbiote intestinal et le cholestérol

Bauchgefühl – Avez-vous des conseils concrets pour une alimentation qui respecte l’intestin ? Quels sont les aliments que vous recommandez pour le bien-être intestinal et pourquoi ?

Prof. Döll – Certains légumes sont riches en inuline, c’est une fibre soluble que les « bonnes » bactéries intestinales apprécient car elles l’utilisent comme source de nourriture ce qui contribue à leur développement et à leur multiplication. Les salsifis, les topinambours, les asperges, les endives, les pissenlits ou les artichauts constituent d’excellentes sources d’inuline. En outre, les pectines sont importantes en tant que nutriments pour certaines bactéries bénéfiques. Nous les trouvons dans différentes sortes de fruits, par exemple dans les pommes (pectine de pomme), les poires et les agrumes. On la retrouve essentiellement dans la peau et les pépins des fruits.

En conclusion, il est essentiel de retenir que certains aliments, nutriments, substances végétales et bactéries probiotiques possèdent un potentiel important pour favoriser notre santé. Il est en tout cas recommandé de discuter avec son médecin traitant de l’utilisation de substances naturelles pour maîtriser naturellement son taux de cholestérol.

Bauchgefühl – Merci beaucoup pour cet entretien intéressant et ce précieux aperçu de la médecine nutritionnelle !

Prof. Dr. rer. nat. Döll © Foto Schmelcka
Dr Michaela Döll est diplômée en biologie, docteure en pharmacie et professeure à l'université technique de Braunschweig (en Allemagne) dans le domaine de la chimie alimentaire. La médecine nutritionnelle et la prévention de la santé font partie de ses thèmes de prédilection depuis plus de 20 ans.

Sommaire

OMNi-BiOTiC®
Probiotiques - Pour le bien-être intestinal
OMNi-BiOTiC® 10 AAD
OMNi-BiOTiC® 10 AAD
dès 16,95€
découvrir
OMNi-BiOTiC® 6
OMNi-BiOTiC® 6
dès 43,00€
découvrir
OMNi-BiOTiC® Actif
OMNi-BiOTiC® Actif
dès 43,00€
découvrir
OMNi-BiOTiC® CAT & DOG
OMNi-BiOTiC® CAT & DOG
dès 31,50€
découvrir
OMNi-BiOTiC® COLONIZE
OMNi-BiOTiC® COLONIZE
dès 43,00€
découvrir
OMNi-BiOTiC® FLORA plus+
OMNi-BiOTiC® FLORA plus+
dès 19,95€
découvrir
OMNi-BiOTiC® HETOX
OMNi-BiOTiC® HETOX
dès 79,95€
découvrir
OMNi-BiOTiC® metabolic
OMNi-BiOTiC® metabolic
dès 43,00€
découvrir
OMNi-BiOTiC® METAtox
OMNi-BiOTiC® METAtox
dès 43,00€
découvrir
OMNi-BiOTiC® PANDA
OMNi-BiOTiC® PANDA
dès 39,95€
découvrir
OMNi-BiOTiC® POWER
OMNi-BiOTiC® POWER
dès 43,00€
découvrir
OMNi-BiOTiC® Pro-Vi 5
OMNi-BiOTiC® Pro-Vi 5
dès 19,95€
découvrir
OMNi-BiOTiC® STRESS Repair
OMNi-BiOTiC® STRESS Repair
dès 10,95€
découvrir
OMNi-BiOTiC® VOYAGE
OMNi-BiOTiC® VOYAGE
dès 43,00€
découvrir